Caroline Faucher

Caroline Faucher

Cinq questions à Caroline Faucher, finissante en Arts graphiques du Centre d’imprimerie de la Chaudière ayant remporté l’or à trois reprises en 2004 avant d’ajouter à son parcours sans fautes le titre de championne du monde lors du Mondial des Métiers à Helsinki en 2005. La victoire de Caroline constitue la première médaille d’or canadienne dans cette discipline, et la première médaille remportée au Mondial des métiers par une représentante de la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin.

Une leçon que vous avez apprise lors de votre parcours jusqu’au Mondial…

« Il faut s’entraîner! Je m’y suis consacré une année à temps plein avant de me rendre en Finlande. Petit à petit, mon bagage d’expérience a grandi. Il faut aussi apprendre à accepter la critique (des entraîneurs, c’est leur travail!) et négocier avec la pression. Enfin, lors des compétitions, il faut être au sommet de sa forme, car c’est très exigeant ».

Vous avez aussi utilisé la technique de visualisation, bien connue des sportifs?

« Pendant toute la période d’entraînement, je me voyais gagner la médaille monter sur le podium. J’ai même dit à un des officiels de Skills/Competences Canada que « S’il ne m’amenait pas au Mondial, ce serait une médaille d’or de moins pour le Canada!» J’étais une compétitrice impulsive…et un peu baveuse! ».

Gardez-vous un lien avec l’organisation des Olympiades?

« Je suis juge lors des compétitions québécoises en infographie depuis mon retour d’Helsinki. C’est beau de voir les jeunes à l’œuvre ».

Qu’est-ce qui vous a amené à entreprendre une formation en arts graphiques et à participer aux Olympiades?

« J’aimais les arts et le multimédia. J’étais attirée par le papier. C’est ce qui m’a amené au centre de formation qui s’appelait à l’époque Centre d’imprimerie de la Chaudière. Il y avait lors de l’inscription une affiche des Olympiades avec la gagnante de l’année précédente. Elle m’a raconté son parcours et cela m’a intéressée. Fait amusant: c’était ma voisine de rang à Lac-Drolet, où j’habitais à l’époque. Il a quand même fallu que mes professeurs me convainquent, car j’étais réticente au départ à participer aux compétitions ».

Et aujourd’hui, votre passion pour le métier est-elle encore vive?

« Oui! Je travaille chez Exfo, une entreprise réputée de Québec, et c’est un environnement de travail que j’adore. Une belle gang! Les technologies évoluent vite, si bien que j’ai développé toutes sortes de compétences, notamment la photo qui est devenue une passion ».

Partenaires et commanditaires

comQuebec comCanada comCnesst comHydroQc comCCQ comSkills