Éric Tourangeau

Éric Tourangeau

Si vous avez étudié en électricité dans un CFP du Québec, il y a de bonnes chances que vous ayez utilisé un guide d’apprentissage écrit par Éric Tourangeau et édité par le CEMEQ (le Centre d’élaboration des moyens d’enseignement du Québec).

Cet électricien de métier, formé à la polyvalente Deux-Montagnes, fut le premier électricien à participer à un Mondial en électricité pour le Canada, en 1993, à Taipei (Taiwan), encouragé par son enseignant René Jetté.

« À l’époque, chaque participant apportait les outils de son choix. Je me revois avec mon petit coffre 2 x 1 alors que d’autres avaient d’immenses mallettes quatre ou cinq fois plus grosses et plus équipées, se rappelle-t-il. Le manque de connaissance et d’expérience du groupe de l’époque rendait la victoire hors de notre portée, mais cela nous a permis d’ouvrir la route pour les prochains en ramassant de l’information ». Monsieur Tourangeau garde tout de même un souvenir mémorable de l’organisation : « Il y avait un public monstre au Word Trade Center de Taipei. Il faut que dans la culture des Taiwanais, les travailleurs jouissent d’un grand respect du public. Imaginez : Une autoroute avait été bloquée pour notre passage!» À leur retour à Montréal, Éric Tourangeau raconte qu’une meute de journalistes de la presse écrite et de la télévision attendait les jeunes participants québécois.

Aujourd’hui, le quadragénaire est enseignant au CFP Le Chantier, à Laval. Il a d’abord travaillé pour une douzaine d’entrepreneurs en électricité, avant de devenir professeur en 1995. Il a aussi travaillé, entre autres, à former le personnel du service électrique de GM à Ste-Thérèse (aujourd’hui Boisbriand).  Pour tenir à jour avec les pratiques de l’industrie, il travaille encore sur les chantiers occasionnellement, l’été, ce qui l’a amené jusqu’aux sables bitumineux en Alberta. Il a aussi été entraîneur et juge aux Olympiades canadiennes à Calgary, à Halifax, à Vancouver et à Québec entre 1995 et 2004.

Pour monsieur Tourangeau, participer au Mondial des métiers fut une expérience riche et stimulante à laquelle il encouragerait tout jeune à participer: « C’est un moment de stress intense, un défi, l’occasion de se dépasser. Comme entraîneur, j’ai aimé transmettre mon savoir et revivre l’expérience avec de super candidats. Évidemment, cela a bien changé depuis 1993! Aujourd’hui, la compétition est  féroce. Il faut investir du temps dans son entraînement ».

Partenaires et commanditaires

comQuebec comCanada comCnesst comHydroQc comCCQ comSkills