Sébastien Rémillard

Sébastien Rémillard

C’est peu dire que Sébastien Rémillard a une longue aventure des Olympiades! Car avant de vivre l’expérience depuis le Québec, le jeune homme fils de militaire, s’est initié aux épreuves en cuisine dès l’adolescence, alors qu’il habitait à Yellowknife, capitale des Territoires du Nord-Ouest. À 14 ans, en 2011 et 2012, il a décroché successivement le bronze et l’or aux Olympiades canadiennes des métiers qui avaient lieu à Québec puis Edmonton.

Pourquoi ce jeune homme s’est-il dirigé vers la cuisine? « J’étais tenté par les bons biscuits qu’on allait cuisiner, raconte-t-il à la blague. Plus sérieusement, je viens d’une famille où l’on cuisine et l’on reçoit beaucoup. Je me voyais là-dedans depuis toujours. C’était mon rêve ». Une motivation qui a encouragé Sébastien à revenir seul à Québec à 16 ans pour entreprendre des études à l’École hôtelière de la Capitale : « Lors des Canadiennes, j’ai rencontré des enseignants de l’école hôtelière qui avaient déjà formé plusieurs champions canadiens ainsi qu’un médaillé d’or mondial (NDLR : Nicolas Drouin). Pour moi, c’était ma chance de me rendre jusqu’au Mondial ».

Sébastien enchaîne sa formation, puis une année d’entraînement à temps plein, avant de voir ses efforts récompensés. Il remporte les épreuves québécoises, puis canadiennes, avant de culminer avec la médaille d’argent à São Paulo, au Brésil, en plus de remporter le prix Meilleur de la Nation.

Pour le jeune chef, l’expérience n’a que du bon : « Des émotions incroyables, le fun de voyager et de faire ce que l’on aime! Et j’avais ma famille et mes entraîneurs avec moi au moment de monter sur le podium, une belle équipe de supporters pour vivre cela avec moi ». Évidemment, il y a un stress inévitable lorsqu’on prend la chose au sérieux : « Le stress me déchire littéralement de l’intérieur, confie-t-il. Tout le défi est de gérer et de maîtriser ses émotions. Cela dit, être en cuisine, relever des défis et représenter mon pays, quelle fierté! Quel plaisir!».

Grâce au réseautage lors du Mondial, Sébastien a eu l’opportunité de travailler quelque temps au Noma, ce restaurant deux étoiles Michelin de Copenhague jugé comme le meilleur du monde: « Cinquante personnes en cuisine pour quarante clients, méchante brigade!». Après cette expérience, des offres ont afflué de partout, mais Sébastien a préféré rentrer à la maison. Il évolue aujourd’hui au restaurant Initiale, à Québec, dont le chef Yvan Lebrun a été nommé cette année chef de l’année par l’entreprise Gault & Millau. Sébastien intervient également comme juge aux Olympiades québécoises . Avec tout ce bagage d’expérience et la passion qui l’anime, c’est un jeune chef à suivre.

Partenaires et commanditaires

comQuebec comCanada comCnesst comHydroQc comCCQ comSkills